Violence contre les filles et les femmes

ON PEUT TOU(TE)S AGIR !

Dans la rue ou les transports, se comporter en allié(e)

« Si un homme a un regard très insistant sur une femme, je vais me mettre à côté d’elle ou bien regarder l’homme de façon très insistante aussi. S’il insiste pour lui parler alors qu’elle n’a pas envie, je peux me placer entre les deux, ou dire à l’homme de laisser mon amie tranquille. Je viens en allié, pas en grand sauveur. »

Une fois débarrassées de leur agresseur, les femmes me remercient, soulagées.

« Certaines ont parfois besoin d’un câlin. Rien qu’un regard ou une parole insultante, c’est hyper violent. On est tous acteurs et actrices ! Si quelque chose nous met mal à l’aise, il faut réagir, verbaliser. »

L’association En avant toute(s), qui sensibilise contre les violences envers les filles et les jeunes femmes. « Savoir que des soutiens existent, ça incite à demander de l’aide. »

C’est donc à chacun(e) de ne rien laisser passer au quotidien !

Entre amis, réagir aux situations anormales

Même entre potes, sans virer en moralisateur/trice lourdingue, on peut mettre le doigt sur les situations anormales.

« Une fois, alors qu’une amie racontait quelque chose, son copain lui a coupé la parole et l’a reprise de façon un peu méprisante. J’ai trouvé un moment, après, pour dire au garçon que ça m’avait mis mal à l’aise, qu’il aurait pu attendre qu’elle termine sa phrase. Du coup, mon amie aussi a pu dire à son copain que ça avait été violent ».

L’association En avant toute(s) forme ses bénévoles pour savoir comment écouter correctement les victimes.

« Il y a cinq phrases clés, comme ‘Ce n’est pas ta faute’, ‘Je te crois’ ou encore ‘Il n’avait pas le droit’, souligne Louise Delavier, l’une des co-fondatrices. C’est de la bienveillance en action, ça aide les personnes à se confier. »

Orienter vers des pros qui écoutent et conseillent

Si vous soupçonnez une relation violente dans votre entourage, il existe des ressources à portée de clic ou au coin de la rue. Le site de l’association En avant toute(s), par exemple, propose aux 15-25 ans des quizz pour « tester » si une relation de couple est saine ou encore un tchat, trois fois par semaine, pour celles qui se posent des questions sur leur relation.

Si la personne victime le souhaite, elle peut aussi appeler le 3919, un numéro d’écoute anonyme et gratuit sur ces questions. Ou encore aller rencontrer les juristes et les psychologues des nombreux CIDFF, présents dans toutes les régions (Centre d’information sur les droits des femmes et de la famille).

Si la violence est liée à un mariage forcé ou à l’excision, il existe aussi la fédération GAMS, l’association Voix de femmes ou le réseau « Excision, parlons-en ». « Les mutilations génitales concernent des filles en France aussi : on estime que parmi les filles dont les parents viennent de pays qui pratiquent l’excision, comme le Mali ou le Sénégal, 3 sur 10 sont excisées ». Avec cette info en tête, chacun(e) peut aider ses amies à être vigilantes et à se faire aider si besoin.

Rejoindre une association, quels que soient vos talents

Que vous ayez des dons de web-manager, de comptable ou simplement du bagou, les associations contre les violences ont besoin de vos talents ! « En avant tout(e)s » a besoin de bras pour la communication, la recherche de financements ou encore pour tracter dans la rue et tenir des stands sur les festivals.

Autant d’actions pour lesquelles il y a besoin de monde : les violences, ça se combat avant tout par la prise de conscience !

Zoé