Victime de la mode

La planète

Top, les baskets ! Trop classe, le sweat à capuche ! Les fringues, on a facilement tendance à en abuser : des tas d'enseignes les vendent vraiment pas cher, il y a des soldes toute l'année et la mode change quasiment tous les six mois. Une véritable calamité pour la planète.

Selon une étude publiée par la fondation anglaise Ellen MacArthur, la production d'un textile (de la culture du coton jusqu'au vêtement fini, en passant par le tissage des fils) émettrait plus de dioxyde de carbone (CO2) que l'aviation commerciale et le transport maritime réunis ! Soit près de 1,2 milliard de tonnes en 2015. Rappelons que le CO2 est le principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique.

Pourquoi cet emballement ? Parce que la production de vêtements mondiale a doublé au cours des quinze dernières années. Cela s'explique par l'augmentation du niveau de vie de pays comme la Chine, mais aussi, hélas, par la tendance de la « mode rapide », qui fait qu'on achète plus de vêtements qu'avant, et qu'on les utilise peu : 1 sur 2 est jeté au bout d'un an ! Il est donc urgent de réfréner nos pulsions.

Et, surtout, de penser à mettre au recyclage nos vêtements démodés, trop petits ou même abîmés. Ils seront revendus en fripes, donnés à ceux qui en ont besoin ou retransformés en fibres (utilisées dans diverses industries), voire en habits !

En 2015, en France, 30% des vêtements ont été recyclés et seuls 1% ont trouvé une seconde vie.

Zoé