València

Deuxième port en importance sur la Méditerranée, la ville compte sur un port commercial actif et un port de plaisance. À quelques minutes du port et proche du centre ville se trouve les fameuses grandes plages de Las Arenas et de la Malvarrosa. Évoluant à l'ombre de Madrid et Barcelone, c'est une ville vibrante où le remarquable patrimoine architectural et culturel de son passé arabe côtoie harmonieusement d’impressionnants chefs-d'oeuvre modernes, dont ceux du célèbre architecte valencien Santiago Calatrava.

Patrimoine historique et contemporain

En réalisant la monumentale cité des arts et des sciences aux aspects futuristes, l'architecte Santiago Calatrava et Felix Candela achèvent un programme commencé il y a 60 ans. Pour les habitants comme pour les touristes ces aménagements gigantesques sont devenus parfaitement naturel. À l'interieur de ce complexe se trouve l'océanographie, le plus grand aquarium d'Europe qui offre un voyage fascinant à travers les mers et les océans de la planète.

La métropole de València comprend environ 1 730 000 habitants. Ceux sont les romains, les wisigoths, les arabes, les chrétiens qui sont arrivés là et qui ont apporté toujours des choses des institutions, des monuments de leur civilisation. L'essence de la ville est un mélange romano-catalan avec l'Andalousie, la Lambra et un mélange de travail géométrique. La vieille ville est délimitée par la ligne du tramway, qui marque les limites où jusqu'en 1865 était les murailles de la ville et où sont concentrés les monuments les plus importants, le palais du gouvernement autonome, le marché de colomb, les ponts du Turia, la cathédrale et sa célèbre tour du Miguelete sont l'épicentre de la vieille ville, le symbole de Valence pour les visiteurs. Les habitants tiennent énormément à leur environnement et çà se comprend.

Les jardins du Turia

Autrefois traversée par le fleuve Turia, reconnu pour ses débordements cycliques, en 1957 le fleuve va rentrer en crue, la moitié de la ville va être inondée et 80 personnes vont perdre la vie. Biensur depuis de nombreux travaux sont menés pour detourner ce cours d'eau et l'ancien lit du fleuve asséché pour aménager le Jardin de Turia un parc de 110 hectares sur 7 kms. C'est le poumon de la ville, cet espace vert est un espace de vie et de culture depuis les années 1960. On peut parcourir la ville à vélo, c'est une très belle promenade. Sur le parcours une escale s'impose au bioparc, le zoo sur 10 hectares propose une immersion totale dans les habitats des animaux sauvages et une prise de conscience environnementale. Les barrières visuelles avec les animaux sont complètement éliminées, ni grillage, ni barreau, ils sont substitués par des barrières naturelles. La sécurité reste une priorité pour les animaux comme pour les visiteurs.

La paella

La paella est née au 18ième siècle dans la lagune de l'Albufera, le plus grand lac d'Espagne ou il y avait de nombreuses rizières et où les paysans avaient pris l'habitude de faire mijoter le riz avec tout ce qu'ils avaient sous la main, des légumes, des épices et de la viande et après cette recette a fait le tour du monde. Paella, au poisson, au poulet, aux fruits de mer sont toutes délicieuses, en terme de notoriété, c'est un peu l'équivalent de la tour Eiffel à Paris.

Entre nature et culture

Le tourisme de Valence est réinventé. On a voulu faire connaître l'essence de Valence pas seulement les tapas, la paella et la plage. Quand on vit à Valence, on est européen mais on a un sentiment très profond d'appartenir à la Méditerranée.

Terre d'abondance, elle repose sur un des sols les plus fertiles d'Europe, lui donnant accès à d'innombrables produits de la terre et de la mer qui alimentent son désir de savourer la vie. Ajoutez à cela un climat parfait, avec une moyenne annuelle de 23 degrés, un des centres villes les plus riches d'Espagne du fait de son patrimoine historique et vous comprendrez pourquoi les Valenciens ne sont pas pressés de partager avec le reste du monde leur petit coin de paradis.

Noémi