Un océan de Pixels

L'avenir du numérique est entre nos mains. Un océan infini qui se remplit chaque jour de façon infinie. Sur Youtube à chaque minute 400 heures de vidéos mises en ligne ce qui veut dire qu'au bout d'une vingtaine de minutes, on a une année entière de vidéo qui sont mises en ligne et çà en permanence.

Illustration : Compteur internet en temps réel

Cet océan est très jeune dans l'histoire de l'humanité et on a le sentiment que tous les outils numériques, tous les écrans, tous les contenus ont toujours été là vu qu'ils sont omniprésents dans nos vies.

Et à priori ils sont là pour nous accompagner jusqu'à la fin des temps.

L'océan est donc déjà infini et extrêmement jeune, on est à un moment de son histoire qui nous donne une grosse responsabilité sur ce qu'on est entrain de construire chacun à notre façon. On est tous des citoyens engagés qu'on en est conscience ou non, on en est acteur.

Par exemple : je commente une émission de télé sur Twitter, je suis entrain de la soutenir, c'est une forme de publicité. Quand quelqu'un de mon réseau partage un article sur Facebook, je lui donne une forme d'exposition, une fois encore je suis engagé.

Quand je vais me documenter sur une actualité, le choix du site m'engage et quelque soit le sujet dont on est susceptible de parler, même un email anodin à ses anciens amis pour un sujet, derrière, il y a toujours une forme d'engagement, un soutien de telle ou telle approche ou modèle économique quelque soit le message.

Si je publie un message sur Facebook, je nourris l'écosystème de l'entreprise donc je la soutiens.

Doit on avoir peur de perdre sa liberté, de perdre son identité dans cet océan d'algorithme ? Quelle place est la notre, quand nous faisons, nos recherches, nos achats, nos commentaires ?

On peut avoir le sentiment d'être noyé, il faut prendre conscience dans le détail de ceux à quoi on prête attention.

Comprendre qu'elles sont les coulisses, savoir comment la "machine" fonctionne, comprendre ce qu'est un algorithme. Pourquoi Facebook choisit de me proposer tel contenu provenant de quelqu'un de mon réseau plutôt que tel autre.

Si on ne le comprend pas on perd une grande partie de sa liberté et c'est un enjeu très important.

Ce que à quoi je vais prêter attention fait partie de notre liberté de pensée.

Mais on peut la reconquérir, c'est ce que je fais avec mes articles, j'essaie de faire quelque chose qui apporte de l'espoir et de l'optimisme, du positivisme et qui montre que l'avenir est entre nos mains.

Avec un certains nombre de filtres, on peut faire le choix en conscience de regarder telle oeuvre plutôt que telle autre, de partager telle oeuvre plutôt que telle autre et ainsi de suite quelque soit le type de pixels.

Ceci demande une prise de conscience, peut-être un effort, je ne me rends pas bien compte. Il ne faut pas perdre de vue que ce qui est important, c'est notre liberté individuelle et collective, elle mérite que l'on s'y attarde et qu'on en prenne conscience.

Mathilde