Première sortie spatiale 100% féminine

Les astronautes américaines Christina Koch et Jessica Meir ont écrit vendredi une page de l'Histoire de la conquête spatiale en effectuant la première sortie dans l'espace 100% féminine.

Les deux astronautes ont quitté la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission routinière, changer des batteries défaillantes à l'extérieur de la station, en orbite à 400 km environ de la Terre.

Les deux femmes sont sorties de l'ISS vers 11h38 GMT, a précisé la Nasa, qui a diffusé en direct les images de leur mission.

Une première sortie spatiale féminine avait été programmée pour mars dernier; elle avait été ajournée parce qu'une des combinaisons spatiales prévues pour l'occasion n'était pas à la bonne taille.

Cette mission marque une avancée dans l'implication des femmes dans la conquête spatiale.

Depuis le vol inaugural de Iouri Gagarine en 1961, les femmes ne représentent que 11% à peine du demi-millier d'astronautes, cosmonautes et spationautes qui ont gravité dans l'espace.

Mais les choses changent : Christina Koch fait partie de la promotion 2013 de la Nasa, qui était composée à 50% de femmes.

Donald Trump s'est brièvement entretenu avec Christina Koch et Jessica Meir au moyen d'une liaison vidéo mise en place depuis une salle de conférence de la Maison blanche, soulignant leur bravoure et leur sens du service
.

"C'est vraiment historique", leur a-t-il dit, entouré de son vice-président Mike Pence, de sa fille et conseillère Ivanka Trump et de l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine. Il a ajouté que la Nasa planifiait l'envoi d'une femme sur la Lune dans le cadre de la mission prévue en 2022.

Dans sa réponse, Jessica Meir a souligné que Koch et elle s'inscrivaient dans la "longue lignée" des femmes qui leur ont ouvert la voie. "Pour nous, a-t-elle dit, il ne s'agit que de faire notre travail."

La première femme à être sortie dans l'espace est la cosmonaute soviétique Svetlana Savitskaïa, en juillet 1984.

Sandra Magnus, ancienne astronaute de la Nasa qui a séjourné 136 jours à bord de l'ISS, a déclaré à Reuters que ces sorties 100% féminine ne devaient pas devenir des "gadgets" et qu'il ne s'agissait que d'une affaire de compétences.

"D'un autre côté, a-t-elle ajouté, c'est important pour des jeunes femmes d'avoir des modèles féminins accomplissant des choses extraordinaires. Ce sont les deux côtés de la médaille: on veut que cela soit normal, mais on veut aussi que cela soit spécial."

Jean-Pierre