Peut-on s'empêcher de penser ?

Non, car essayer de ne pas penser revient à penser... à ne pas penser. Vous suivez ?
On ne peut rien y faire : même quand on n'a rien demandé, des pensées surgissent dans notre esprit, en permanence. Elles se manifestent sous la forme d'une petite voix intérieure, d'images, de souvenirs, de musiques, etc.

Le bouillonnement de notre cerveau est permanent. Même lorsque nous paressons sur le canapé, l'esprit dans le vague, en ne réfléchissant à rien de particulier, notre ciboulot carbure en douce. Dans ces moments là, certaines régions cérébrales restent très actives sans que l'on en ait conscience.

Parmi elles, l'hippocampe, une structure nichée au coeur du "lobe temporal", qui stocke et brasse les informations issues de notre passé, mais aussi celles concernant notre avenir, telles nos prochaines vacances.

Or, de cette activité qui se fait à notre insu s'échappent des idées qui montrent jusqu'à notre conscience, et jaillissent d'autant plus facilement que notre esprit n'est pas très occupé.

Arrivé à ce stade-là, on a beau essayer d'empêcher notre petite voix intérieure de formaliser ces pensées, il est trop tard : on a pensé !

Tante Louise