Ouibus

La SNCF déploie les grands moyens et récupère ses clients passés à la voiture ou au co-voiturage à cause des prix élevés du train. Place aux voyages low cost avec Ouibus !

C'est une conséquence de la loi Macron qui a ouvert à la concurrence les trajets en bus longue distance en France. L'opérateur ferroviaire a ouvert dés la rentrée 2015 les premiers trajets. Il a frappé fort en proposant 25.000 trajets à 5 euros. La mayonnaise est prise, il faut maintenant compter quelques dizaines d'euros pour des trajets dans l'Hexagone.

Aller Simple : Bordeaux Gare -> Clermont Ferrand : 25 euros.

Wifi gratuit et prises électriques pour tout le monde.

La SNCF a mis les moyens pour s'imposer sur le marché. Triplement de la flotte d'autocars, doublement de la taille de l'entreprise et de son offre en 2016 elle propose 4 millions de voyages pas cher avec 130 liaisons vers 46 destinations et en 2017, 1500 trajets à travers la France et l'Europe vers 120 villes.

 Au départ ils ont acheté 80 bus, maintenant ils en ont 200 et le reste a été mis à disposition des partenaires, des autocaristes, soit 80%. Ouibus revendique l'offre la plus rapide et la plus massive sur le marché et couvre des axes peu couverts par le train, des bassins excentrés et mal desservis, des trajets très investis par le co-voiturage.
 
Le pari de Ouibus c'est la croissance du volume, c'est le EasyJet de la SNCF.
 
La SNCF s'attaque ainsi à l'un des reproches les plus fréquents à son encontre : le prix élevé des billets de train. Depuis deux ans, elle baisse les coûts pour faire baisser les prix. Question confort, les bus ont un haut standard de qualité, wifi gratuit à bord, prises électriques nombreuses, sièges XL inclinables , sans oublier la climatisation.
 
Sur les trajets longue distance, la SNCF a 10% de parts de marché, et fait surtout face à la voiture, qui en détient 82%. Il faut convaincre les automobilistes que le transport collectif c'est bien. Le marché du voyage longue distance en train est révolutionné et de façon extrêmement brutale comme la révolution qu'a connu l'aérien avec le low-cost et évoque un important tournant dans la vie de la SNCF avec ses Ouibus.

Maxime