Moins de pauvre dans le monde

C'est quoi être pauvre ?

C'est avoir moins de 1 euros 70 par jour pour vivre, çà ne veut pas dire qu'avec 2 euros on est riche.. Mais en dessous de 1 euros 70 la vie d'un être humain est en danger. En Occident on a presque éradiqué cette pauvreté extrême, seuls les sdf, les migrants, les roms dans des campements en Europe sont encore concernés.

En revanche dans les pays en voie de développement, 700 millions de personne vivent en dessous de ce seuil. C'est énorme. Pourtant ce chiffre est meilleur, en 1990, c'était 2 milliards de personne qui vivaient en dessous de ce seuil de survie.

C'est l'ONU et ses 193 états membres qui a pris ce problème à bras le corps. Et qui en 2000 c'était fixé de réduire de moitié ces chiffres en 15 ans. Un pari réussi.

Comment a-t-on relevé ce défi ?

Grâce à la Chine avant tout. En 25 ans, elle a fait sortir 500 millions de personne de la pauvreté. Pourquoi ? Parce que cet ancien pays en voie de développement a changer sa politique économique. Deng Xiaoping successeur de Mao, autorise les pays riches à s'installer en Chine, rétablit la propriété privée et modernise l'agriculture. Les agriculteurs produisent plus et gagnent plus d'argent. Même si leur salaire reste faible par rapport aux Européens, ils gagnent 3 à 4 fois plus qu'auparavant. En s'enrichissant la Chine a amélioré toute sa société. Et sa pauvreté qui comptait 60% des personnes en 1990, n'en compte plus que 6% en 2017.

En Amérique Latine, elle a été divisée par 2 surtout grâce à une politique d'aides sociales. Au Brésil, l'état donne 60 dollars mensuels aux familles à condition que les enfants aillent à l'école et se rendent à des visites médicales gratuites mais obligatoires. En effet un enfant éduqué et en bonne santé a plus de chance d'avoir un niveau de vie plus élevé que ses parents.

La pauvreté en chiffre :

80% de la population à Madagascar vit avec moins de 1 euros 70 par jour.
60% du budget des foyers les plus pauvres sont consacrés à l'alimentation.
9% de la population mondiale n'a pas l'électricité.
Asie Centrale et Europe, 4,4 millions de pauvres soit 1,77% de la population.
Amérique Latine et Caraïbes 29,7 millions soit 5,6% de la population.
Pacifique et Asie de l'Est, Chine, Vietnam, Thaïlande, Indonésie, 82,6 millions soit 4% de la population.
Asie du Sud, Inde, Bangladesh, Pakistan 231,3 millions soit 13,5% de la population.
Afrique Subsaharienne 347,1 millions soit 35,2% de la population.

Qui sont les 700 millions de pauvre qu'il reste à sauver ?

Des africains pour la moitié d'entre eux. L'Afrique Subsaharienne est la seule à avoir vu sa population de pauvre augmenter. Ses richesses augmentent de 5% depuis 20 ans mais sa population a explosé. 640 millions en 1990, 1,1 milliards en 2014 ! La taille du gateau a augmenté mais les parts sont de plus en plus petites. Du coup la population est très jeune, plus de la moitié des africains à moins de 15 ans. Et donc ne produisent pas beaucoup de richesse... Au contraire, il faut dépenser plus pour les nourrir. Bâtir des écoles et payer des professeurs. En plus des pays africains sont en guerre et l'argent de l'état est détourné pour acheter des armes plutôt que construire des écoles.

L'autre pôle mondial de pauvreté, l'Inde qui abrite plus de 200 millions de pauvre. Les efforts se font sur les mégalopoles de plus de 10 millions d'habitants comme Calcutta, Bombay ou New Delhi. Les zones rurales sont totalement délaissées. Dans ces villages près de 350 millions de gens ne sont pas reliés au réseau électrique. Un véritable frein car sans électricité, difficile de faire tourner une usine ou d'étudier à la nuit tombée.

Pourra t-on un jour éradiquer la pauvreté ?

Oui, c'est possible. L'objectif est fixé pour 2030. Même si à cause la crise économique, la croissance n'est pas aussi forte. Il faut partager le gateau avec plus d'équité, que les richesses ne soient pas accaparées par une minorité mais qu'elle soit distribuée pour aider les plus démunis à s'en sortir. Il faut créer des emplois, mieux payer les travailleurs, il faut des aides pour payer les logements et les soins. Plus gros chantier, l'Afrique et nourrir sa population. C'est jouable car les africains exploitent leur lopin de terre en utilisant des techniques ancestrales et leurs rendements sont faibles.

Dans la lutte contre la pauvreté, les pays riches ont aussi leur rôle. Pas seulement en faisant des dons d'argent, mais en apportant un soutien technique et scientifique. Construire des routes, élaborer des vaccins, des médicaments contre paludisme et le sida qui font des ravages. Mais il faut aussi que des entreprises étrangères s'installent, embauchent des locaux et les paient mieux.

Jean-Pierre