Mentir pour séduire

Faut-il forcément mentir sur ce que nous sommes pour séduire et, si oui, jusqu'à quel point ?

Inutile de se mentir à soi-même : la séduction va parfois de pair avec la mystification, comme le souligne l’étymologie latine du verbe "séduire", "détourner du chemin de la vérité".

Serions-nous tous des mythos en puissance dès qu'il s'agit de séduire ?

Le danger, évidement, c’est de vouloir séduire en mentant carrément.

Séduire, c'est montrer le meilleur de soi-même, donc éviter de montrer ce que l’on n’aime pas chez soi. Pour autant, dire que nous sommes tous menteurs dans la séduction me semble excessif. En réalité, il faut à tout prix distinguer les petits arrangements avec la réalité, propres au commun des mortels, qui constituent une version améliorée de nous-mêmes, et le mensonge délétère, toxique, qui s'exprime au détriment de la proie séduite et manipulée comme une double vie ou un métier inventé de toutes pièces. Il faut aussi questionner la nature du mensonge, si son dessein est réellement pour séduire ou juste par pur narcissisme, pour se rassurer soi-même.

Il existe bien un cadre socialement admis de la séduction, un "jeu de rôles" dont les règles implicites sont de ne pas aller trop loin : Le danger, évidement, c’est de vouloir séduire en mentant carrément. En s’inventant une vie, un physique, des attraits qui ne sont pas vrais. Une photographie de profil archi-retouchée sur Photoshop qui vous rend presque méconnaissable quand la vraie rencontre arrive, et qui peut même rendre celle-ci impossible tant le gap est important avec la réalité.

Entre injonction à la transparence et petits arrangements avec le réel

Pour les victimes pouvant tomber sous la férule d’un être qui n’existe simplement pas, la chute est brutale... Sur les sites et les applis de rencontres, on ment par omission, on tait les choses moins reluisantes et on met en évidence ce que l'on imagine de positif.

Si tout se voit et tout se sait sur l'autre, le mystère disparaît et laisse la place à une 'dictature' de la transparence. Cela correspond aussi à la manière dont on se rencontre aujourd'hui, les sites de rencontre et autres applications invitent l'utilisateur à améliorer son image. On ment par omission, on tait les choses moins reluisantes et on met en évidence ce que l'on imagine positif.

Pourtant, ultra-modernité ou pas, il ne faut jamais perdre de vue cette vérité intemporelle et universelle selon laquelle les défauts rendent uniques, et que vous ne serez jamais aussi lisse qu'une photo sur un profil de Tinder : "La découverte des imperfections de l’autre participe au cheminement amoureux car, l’attirance aidant, l’amour rend aveugle et tolérant et rend charmants tous ces petits défauts que l’autre n’a pas voulu montrer de prime abord". En bref, pour séduire, un peu d’omission ne fait pas de mal pour le jeu et la stimulation, mais la falsification ou l’affabulation promettent des lendemains très difficiles...

Jules