Manger

Mot du jour

Au verbe edere (manger), les Romains préfèrent manducare (jouer des mâchoires), qui donnera manger. Ce remplacement a été  favorisé par le mandicus, mannequin qui possédait une tête avec des mâchoires énormes, à la bouche ouverte et remuant les dents à grand bruit. Il deviendra un personnage grotesque fréquent dans les comédies, notamment celles de Plaute. Le côté populaire de manducare, ajouté au fait qu'il est plus facile à conjuguer que edere, le fera triompher et entrer dans notre langue. Au XIIe s., manger acquiert aussi un sens figuré : gratter, aujourd'hui disparu, mais que l'on a conservé dans le verbe démanger.

QUI A DIT ?

Ça ne se bouffe pas, çà se mange !

Indice(*) : il refusa de servir Jimmy Carter qui voulait manger un hamburger.

 

Pourquoi dit-on À quelle heure soupe-t-on ?

Souper  vient du mot soupe, lui-même issu du latin suppare : ce dernier, qui signifiait à l'origine se coucher sur le dos, finit par désigner une tranche de pain. Au XIIe s., on a l'habitude de tremper cette tranche de pain dans un bouillon qui prend le nom de soupe. Comme nous avions tendance à goûter ce breuvage le soir, nous avons appelé le repas du soir le souper. La cour de Versailles soupe tard. D'où cette habitude parisienne, qui s'étendra à toute la France, de souper après le spectacle.

EXPRESSION RECYCLABLE

La cour de Versailles soupe très tard. Selon Richelet, celui qui soupe à 7 heures s'appelle un soupe-sept-heures ; Furetière nous dit qu'il mange quand les autres s'amusent, et l'Académie (en 1694) que le personnage ne voit jamais personne. Un plouc, quoi !

* Jean-Pierre Coffe

Jules