Les ingénieurs

Les écoles d’ingénieurs sont une spécificité de l’enseignement supérieur français. Couvrant les domaines de l’industrie, de la chimie, de l’agronomie ou encore de l’environnement, elles préparent leurs élèves à occuper des postes à responsabilités. Malgré leur statut généralement public, les multinationales y prennent une place de plus en plus importante, au nom du « rapprochement avec le monde de l’entreprise ».

Des conflits d’intérêts profondément ancrés dans la vie de l’école, derrière des projets de rapprochement entre écoles et entreprises se cachent des intérêts privés bien précis. Et les conflits d’intérêts ne sont pas seulement cantonnés à des grands projets d’aménagement aux retombées économiques immédiates pour des firmes de BTP.

Pourquoi une entreprise choisit-elle de faire travailler des étudiants ?

Premièrement, cela lui permet d’éviter d’embaucher salarié ou stagiaire. Deuxièmement, cela lui permet aussi de se faire connaître à de futurs demandeurs d’emploi. Dans certains cas, l’étudiant ou l’étudiante sont aussi utilisés comme caution pour réaliser un état des lieux des pratiques des firmes concurrentes. Les commanditaires entretiennent ainsi le flou entre exercice académique et espionnage industriel.

C’est d’ailleurs tout à fait assumé par l’administration des écoles : « Le partenariat avec les entreprises est intimement connecté à la formation et aux activités de recherche et d’expertise. » C’est ainsi que des écoles font des appels aux dons à des entreprises « dons » versés aux écoles soient utilisés pour la « création d’un Master spécialisé ou d’un Master professionnel », ou encore contribuer « à la création d’une enseignement sur une thématique spécifique ».

Quel intérêt pour les entreprises ?

« Les étudiants et jeunes diplômés iront plus volontiers pour des stages, des emplois ou des demandes de prestations comme futurs clients, vers les entreprises les plus intimement connues de l'école. » Ainsi certaines formations et certains cours sont conçus pour développer l’envie d’aller travailler dans ces grandes entreprises et « concrétiser des alliances fertiles inédites ».

Nous pensons quant à nous que le financement des études ne devrait pas être lié à des intérêts privés, parce que l’éducation que vous recevez a notamment pour objectif de développer un sens critique sur les futurs métiers.

Pourquoi tout cela semble-t-il normal à certains des élèves ?

Pourquoi l’administration l’écrit-elle noir sur blanc comme si ces pratiques ne posaient aucun problème ? Pourquoi le sentiment de dépossession ne semble-t-il pas partagé par toutes et tous, quand vous apprenez que vous représentez un « retour sur investissement » pour des entreprises que vous méprisez ? Pourquoi sortez-vous des écoles soumis à des valeurs à l’exact opposé de celles qui vous ont motivés à y rentrer ?

La même situation se retrouve dans toutes les écoles d’ingénieurs et autres établissements de l’enseignement supérieur se vantant de leurs formations au « développement durable » ( l'expression fourre-tout ).

Posez-vous la question des moyens que vous voulez mettre pour qu’il en aille autrement.

Zoé