Les fusils de chasse

La France vient d'autoriser officiellement les silencieux

L’info est digne d’un article parodique du Gorafi, et pourtant… Depuis le 2 janvier 2018, l’utilisation de silencieux (réducteurs de son) est légale en France grâce au Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage,. Un arrêté vient d’être publié au Journal Officiel, modifiant celui du 1er août 1986 interdisant l'emploi de silencieux à la chasse.

Certains chasseurs déploraient le fait que la France demeure l’un des seuls pays européens à interdire l’usage de silencieux durant la chasse. Pour eux, c’est donc une victoire. Alors, quel est l’intérêt de cette modification de l’arrêté pour les chasseurs ?

Avant tout, réduire la répétition des traumatismes sonores aigus (TSA) auxquels ils s’exposent durant une partie de chasse. Nuisances auditives également problématiques pour les riverains, en milieu périurbain. De quoi peser dans la balance de la législation et changer la donne.

Une décision qui fait un tollé chez les associations de défense de la faune et de la flore.

Et pour cause. Madline Reynaud, directrice de l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) nous explique :

C’est un arrêté surprise pris en toute discrétion. Ils n’ont pas eu de bâtons dans les roues. C’est une décision qui ne fait pas l’unanimité. Une grande partie des chasseurs n’est pas favorable. Quand on voit chaque année le nombre d’accidents mortels…

Car, certes, nous devrions tous pouvoir profiter de la nature silencieuse, mais pas au péril de nos vies. Les dangers sont en effet nombreux : tout d’abord, un danger sournois, celui de l’insécurité liée à la baisse de la vigilance par l’absence de bruit.

Le risque est plus grave que la réduction du bruit.

C’est également la porte ouverte aux dérives : le braconnage des espèces protégées et la chasse sur terrain d’autrui, en toute discrétion. Mais également la chasse en-dehors des périodes légales.

Les braconniers se frottent les mains, les promeneurs se serrent les fesses.

Enfin, l’utilisation de silencieux permettra de mieux viser sa cible et de s’y reprendre à plusieurs reprises si nécessaire, sans que l’animal ne prenne peur. En effet, si les détonations permettent aux animaux d’être en alerte, la discrétion des silencieux leur laissera moins de chances d’en réchapper.

Pour toutes ces raisons, l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages prévoie d’ores et déjà d’attaquer juridiquement cet arrêté et vient de mettre en ligne une pétition exhortant Nicolas Hulot, l’actuel Ministre de la Transition écologique et solidaire, à « abroger au plus vite ce nouvel arrêté, pour maintenir l’interdiction de ces silencieux. »

En attendant, nous ne pouvons que vous conseiller d’éviter les promenades dans la nature les jours de chasse, jusqu’à la fin de la saison officielle.

Jean-Pierre