Les antisèches du bonheur

L’homme est ainsi fait qu’il résiste au bonheur avec une déconcertante facilité, préférant rester concentré sur tout ce qui le tracasse, le perturbe ou l’inquiète. Pourtant, avec quelques bonnes habitudes et un peu d’entraînement, chacun de nous pourrait apprendre à inverser la tendance, à concentrer son attention sur ce qui le rend heureux et, ainsi, à favoriser l’épanouissement de son bonheur personnel.

L'objectif ? Chercher, identifier et cultiver toute méthode permettant de devenir plus heureux.

L'ennemie du bonheur est à l'intérieur de nous et s'appelle la tyrannie du mental. Pour faire simple : « la voie dans ma tête est une connasse ». On a tous dans la tête un petit dictateur qui nous crée des problèmes et qui nous dit que çà ne va pas !

Comment transformer ce tyran en outil de bonheur ?

Il existe des techniques. Pour tout ce mettre d'accord sur ce qu'est le bonheur, on va partir d'une chose universelle qui est la souffrance. La souffrance est les états mentaux et émotionnels négatifs. C'est la colère, c'est la tristesse, c'est la peur, c'est l'angoisse, c'est la culpabilité. Donc on peut dire que l'absence de souffrance ferait augmenter le bonheur.

Pour çà observer les enfants à l'école dans un bac à sable, ils passent du rire aux larmes, de l'extase à la colère, de la joie à la frustration en quelques instants seulement. Ce qui nous montre que nous aussi nous sommes capables de changer nos états mentaux et émotionnels même quand çà paraît difficile et c'est responsabilisant.

En moyenne on vit 80 ans et on dort un tiers du temps, ce qui nous laisse 500 millions de moment dans la vie. 500 millions d'opportunité d'être dans l'acceptation ou la résistance de l'instant présent, d'être dans le bonheur ou d'être dans la souffrance.

Comment augmenter nos moments de bonheur ?

Déjà tout vient du principe que dans énormément de cas 80% des conséquences vient de 20% des causes. Le principe d'effet de levier, des petites choses qui peuvent avoir un gros impact.

On va faire du mental, un objet de bonheur !

Le mental est négatif, compulsif et intérieur.

Le mental est négatif :

Car la pensée négative voyage plus vite dans le cerveau et pèse plus lourd. Imaginez de recevoir 9 compliments et 1 reproche. De quoi allez vous vous souvenir ? Parce qu'on est comme çà on a une machine dans la tête à régler des problèmes et quand on a plus de problème et bien on en crée et on crée du malheur parce qu'on est comme çà.. On a tous toujours un problème du moment et çà c pas à cause des choses extérieures, c'est à cause de notre biologie.

La bonne nouvelle est que l'on peut transformer notre cerveau comme de la pâte à modeler. Le cerveau est composé de milliards de neurone et à chaque pensée comprend son propre réseau de neurone. Donc aucune pensée n'est anodine, à chaque pensée on demande au cerveau de nous resservir une pensée comme celle là. Et donc toute pensée est soit cercle virtueux, soit cercle vicieux.

La première antisèche est de pratiquer rituellement la gratitude pour contrecarrer la tyrannie du mental ce qui compte est d'être spécifique et régulier.

Albert Einstein a dit qu'il n y a que deux façons de vivre sa vie. Soit ce dire que tout est un miracle, soit ce dire que rien est un miracle. Et la pratique de la gratitude nous entraîne à redécouvrir les miracles de l'instant présent.

Le mental est compulsif :

Il produit en moyenne 60 000 pensées par jour. Il nous parle incessamment du passé du futur, y a pas de bouton OFF. On peut être sur une plage ou entrain de faire l'amour... On a toujours des pensées même quand on en a pas besoin.

La deuxième antisèche, la plus importante et la moins difficile à apprendre que l'on croit, c'est la méditation.

C'est quoi la méditation, comment çà marche et pourquoi. C'est l'exercice de l'attention sur le moment présent et c'est souvent basé sur la respiration. Quand on médite, on décide, pendant une période prédéterminé qu'on va ramener son attention à l'instant présent quand irrémédiablement elle va se perdre dans des pensées car la pensée est automatique. C'est cet acte de ramener l'attention encore et toujours quand elle se perd dans l'instant présent qui est le fondement de la méditation et qui est une musculation du cerveau comme on pourrait musclé nos muscles corporels.

En faisant çà on fait un pas en arrière par rapport au tyran ! Du coup on regarde ce mental compulsif tourner en rond et on apprend à s'en servir plutôt que de le laisser se servir de nous comme quand il nous cause du stress.

Alors comment méditer ? Maintenant on peut trouver des enregistrements sur internet qui ne font pas même pas 10 minutes, vous vous posez, vous appuyez sur lecture et çà y est vous méditez. Pour ressentir les bienfaits, il suffit dans faire un petit peu chaque jour et ses bienfaits sont incroyables.

La méditation rend plus heureux, plus intelligent et elle rallonge la vie. RIEN QUE çà !

Elle rend plus heureux car elle permet de mettre une distance avec les pensées et les émotions négatives et lâche dans le cerveau des andorphines, de la cérotonine et de la dopamine.

Elle rend plus intelligent car elle renforce la concentration, elle améliore la mémoire et stimule la créativité.

Elle rallonge la vie car on sait maintenant que la méditation quand elle est pratiqué régulièrement elle permet de ralentir le vieillissement des cellules et d'empêcher l'arrivée de maladie tel que des maladies cardio vasculaires.

C'est une hygiène du cerveau dont on ne peut plus se passer comme le sport ou comme de se laver les dents. :p

Le mental est intérieur :

Le mental est dans la tête, on a des problèmes qui ruminent qui tournent en rond, c'est des problèmes qui sont très simples ou qui pourraient être simple si seulement on les extérieurisés.

Pourtant on les laisse à l'intérieur et on y voit pas clair. Comme la différence entre du calcul mental et du calcul à l'écrit. Si je vous demande de multiplier 243 x 87 et que vous essayez mentalement, vous allez galérer et vous perdre, perdre du temps, perdre des moments alors que part écrit en 2 minutes c'est régler.

Et c'est cette idée d'extèrieuriser la pensée pour mieux voir le tyran et mieux apprendre à s'en servir qui est à la base de la psychanalyse, ce que Freud appelait le ramonage de cheminée, la cure par la parole. C'est très bénéfique d'avoir un thérapeute mais on peut le faire tout seul, c'est ce que j'appelle sortir les poubelles mentales.

Voilà les trois antisèches du bonheur et ce qui donne du bonheur d'après une étude de la prestigieuse université de Harvad sur 75 ans est le rapport que l'on entretien avec autrui et pour avoir un bon rapport avec les autres, il faut avant tout avoir un bon rapport avec soi-même.

Et avoir un bon rapport avec soi-même sait ce servir du mental par la gratitude, par la poubelle mentale, par la méditation parce qu'on ne peut pas empêcher les moments de colère et de tristesse mais on peut réduire leur impact et réduire leur nombre et on a tous la possibilité de le faire.

Sème un acte, tu récolteras une habitude

Sème une habitude, tu récolteras un caractère

Sème un caractère, tu récolteras une destinée

Dalaï Lama

MERCI BEAUCOUP

Jonathan