Le palmarès des Doigts d'or

Utilisés avec humour et intelligence, l’ironie et le douzième degré peuvent faire de sacrés ravages. Pour s’en convaincre, il n’y a à jeter un œil à l’édition du jour de La Voix du Nord. Dans ses colonnes, le journal revient sur la cinquième cérémonie des Doigts d’or qui s’est tenue samedi 16 décembre à Lille et, clairement, le compte-rendu vaut le détour.

La cérémonie des doigts d’or est présentée comme « les Oscars du capitalisme » avec, en guise de trophée, un majeur levé. Organisé par la Compagnie Triple A et l’Église de la très sainte consommation, l’événement a récompensé tout ce qui s’est fait de mieux cette année en matière de cynisme.

Au cours de la soirée, les organisateurs ont ainsi eu tout le loisir de dénoncer le fantasme du dérèglement climatique (« Les générations futures n’avaient qu’à être là avant »), de regretter le sort réservé aux harceleurs, de rendre hommage à « l’ordre mondial des roux, une branche des Illuminati » et, surtout, de récompenser tous ceux qui ont brillé en 2017 :

Palmarès de la cinquième cérémonie des Doigts d’or :

Meilleur mâle : Harvey Weinstein

Meilleure réplique : Emmanuel Macron pour (« La cordée »)

Meilleur acteur : Emmanuel Macron

Nouvelle nouveauté qui innove la vie : Les applis espion

Meilleure fraude : Pénélope et François Fillon

Meilleure innovation législative : Chasse aux migrants en Hongrie

Ennemi public N° 1 : Adrien Quatennens, député du Nord

Extrême doigt d’or : Luc Poignant, syndicaliste de la police

 

Pour en savoir plus (et rire un bon coup), lire l’excellent compte-rendu (tout en ironie) de La Voix du Nord.

Zoé