Le cannibalisme

Est-il un bon régime ?

Evidemment, posée comme cela, de but en blanc, la question ressemble à celle d'un psychopathe. Mais il y a fort, fort longtemps, l'homme était parfois au menu... de l'homme.

Aussi, le préhistorien britannique James Cole a décidé de voir quelle était la valeur nutritionnelle d'un gaillard du paléolithique (Homo erectus, Neandertal ou Homo sapiens) de 66 kilos.

D'après ses nombreux calculs, un steak de 100g pris dans une de ses cuisses serait plus calorique que 100g d'entrecuisse de poulet, mais moins que 100g de cuisse de boeuf.

L'homme était donc une viande rouge assez maigre comparée à celle que l'on mange actuellemnt. Mais en ces temps préhistoriques, ce n'était pas une bonne chose : on se dépensait beaucoup, notamment pour chasser. Alors que vous avez besoin d'environ 2600 kilocalories par jour, Neandertal devait en ingérer 4000.

Et il ne cultivait pas encore de céréales...

Bref, la viande devait être la plus riche possible.

Or, selon l'historien, manger son voisin n'assurait alors qu'un repas à un groupe de 25 hommes préhistoriques, alors qu'un bovidé seulement 13 fois plus gros, comme l'aurochs, les nourrissait presque dix jours !

Autrement dit, question calories, le cannibalisme n'était pas un bon plan. Si l'on mangeait tonton ou son ennemi, ce n'était donc sûrement pas par faim.

Noémie