L'archipel des Galàpagos

LAT / 0° 30'S ; LONG / 90° 36'O ; Température de l'air 20 - 32°C

Quand il a visité ces îles en 1835 Charles Darwin a été le premier à les remarquer sans toutefois en avoir percé tous les mystères.

Ce qui rend les Galàpagos unique se sont les créatures endémiques qu'elles abritent (se dit d'espèces vivantes propres à un territoire bien délimité). Pourtant on s'étonnerait presque de trouver des formes de vie sur ces îles arides et isolées. Et pas n'importe lesquelles.. Un éventail de créature bizarre, des lézards aquatiques, aux manchots tropicaux, en passant par des cormorans qui ne savent pas voler.

Iguane aquatique
Manchot tropical
Cormoran des Galàpagos

Comment un endroit aussi isolé et aussi sauvage est-il devenu une telle vitrine de l'évolution des espèces et la terre d'accueil de créature aussi diverse ? Quel lien relit ces animaux les uns aux autres et leur environnement ?

Pour le découvrir, il faut remonter à l'origine même de ces îles. Les Galàpagos sont situés sur la ligne de l'Équateur à quelque 950 kms au large des côtes de l'Équateur. Le caractère unique de sa faune requiert en partie de cet isolement géographique.

Ces îles ne sont pas un morceau détaché de continent et ne sont pas nés de récif coralien comme d'autres archipels tropicaux, elles sont l'oeuvre d'incroyable force tellurique (se dit de tout ce qui provient de la couche terrestre sur laquelle nous reposons nos pieds). Les Galàpagos est l'un des endroits les plus volcaniques de la planète. Une fine couche d'écorce terrestre fait remonter périodiquement à la surface de la roche en fusion et ces éruptions donnent naissance à des îles.

Ce caractère volcanique imprègne tout le fonctionnement des Galàpagos..

Mais comment la vie est-elle donc apparue ?

Pour coloniser des terres aussi isolées, elle a du relever bien des défis et pour commencer traverser un bout d'océan, on le sait les végétaux sont toujours les pioniers d'un nouveau paysage. Les graines sont apportées par le vent, les flots et par les déjections des oiseaux.

Si arriver jusqu'ici est difficile, s'implanter dans un paysage de lave devient une mission casi impossible. Mais la vie ne manque pas de ressource. Tout le système terrestre est dépendant d'un petit nombre de plante qui déclenche la colonisation.

Les mangroves sont assez résistantes pour supporter l'effet desséchant de l'eau de mer. Les premiers à s'installer sont des cactus, avec aussi peu d'espèces présentes leurs interdépendances sont essentielles. Et si de nombreuses plantes endémiques des Galàpagos sont de couleur jaune, c'est simplement parce que la seule espèce d'abeille qui a été capable de s'établir ici est attirée par le jaune, inutile d'élargir sa palette.

L'intégrité de la chaîne alimentaire est assurée par les quelques insectes qui pollinisent les plantes et assurent ainsi la survie des créatures suivantes.

Les reptiles sont un véritable symbole des Galàpagos. Capable de survivre dans l'eau salée, ils ont débarqué sur ces îles à la nage. À leur arrivée ils se sont contentés de ce que la nature leur offrait et sont ainsi devenus un membre incontournable de l'écosystème.

Lava cactus
Opuntia cactus

Les iguanes ont fait des cactus leur met de prédilection. Sur les îles plus arides les carapaces des tortues géantes ont adopté de drôle de forme pour permettre aux animaux de tendre suffisamment leur cou pour atteindre des cactus plus appétissant mais c'est donnant donnant en contre partie les tortues sèment aux 4 coins des îles les graines de cactus qu'ils ont avalé.

Le prédateur numéro 1 n'est pas celui que l'on croit voici le faucon des Galàpagos. Comment une femelle peut nourrir ses petits sur une terre aussi aride, elle se rabat sur l'espèce qui vit ici en abondance : les iguanes marins.

L'albatros des Galàpagos passe des mois à pêcher en mer, et chaque année il retourne dans l'archipel pour se reproduire, ces oiseaux s'accouplent pour la vie et quand ils ont trouvé un partenaire à leur gout, ils fêtent chaque année leurs retrouvailles avec des chants que certains trouvent mélodieux.

L'albatros des Galàpagos
Le faucon des Galàpagos

Les  pinsons descendent tous du même ancêtre mais ont évolué en plusieurs espèces pour exploiter leur nouvel habitat, chacune de ces espèces dépend pour sa survie d'une plante ou d'un animal particulier. Une espèce de pinson s'est changée en vampire, ils ont appris à apprécier le sang des oiseaux de mer riche en protéine et minéraux, ils ne tuent pas leur proie mais les affaiblissent tout de même par cette désagréable prise de sang.

La tortue géante
Le pinson vampire

C'est en observant les pinsons que Darwin aurait élaboré sa fabuleuse théorie sur l'évolution des espèces. Une théorie qui allait bouleverser le monde et révolutionner la biologie. C'est l'association des phénomènes géologiques et courants marins qui rend les Galàpagos si unique. Darwin avait vu dans l'archipel un monde en soi et près de 180 ans plus tard, c'est toujours vrai !

Ces îles continuent d'être une fabuleuse source d'information dans le fonctionnement des micromondes de notre planète.

Noémi