La picolette

Son origine

Sur le plateau des Guyanes, il n'est pas rare de rencontrer un sporophile curio dans une cage. Son nom vernaculaire, Curio, signifie « ami de l'homme » en langue Tupi Guarani (dialecte amérindien). Prisé pour son chant mélodieux, il est aujourd'hui en voie de disparition.

Inféodé aux savanes guyanaises, il a totalement disparu de la zone littorale du fait de trop nombreux prélèvements. Souvent « promené » par son propriétaire, ce passereau d'environ 13 cm, est un incroyable chanteur. Espèce protégée au niveau international, elle fait l'objet d'élevage afin de limiter les captures en milieu naturel.

Originaire du Surinam et du Brésil, les concours de chant sont rapidement passés de mode à culture au sein du peuple guyanais.

Le concours de chant

Le Guyane Association Ornithologique encourage l'élevage et la protection du Pikolèt et organise des concours de chant. Lors du Championnat de Guyane qui se déroule de février à octobre, les oiseaux s'affrontent face à face durant six minutes.

Un arbitre par oiseau compte ses chants :

Un chant est composé d'au moins trois modulations et une pause. L'oiseau mâle, en présence de son concurrent, déclenche son chant de parade, mode de défense de son territoire. Seul les oiseaux élevés en captivité, enregistrés et bagués ont le droit de concourir. Un juge contrôle le bon déroulement du comptage, le chronomètre et gère l'ordre de passage des concurrents.

En France, seule la réputation et la renommé de l'éleveur sont en jeu, contrairement au Surinam où d'énormes sommes d'argent sont pariées.

« Reproduire pour préserver »

C'est l'adage des membres du G.A.O. Les picolettes, véritables sportifs de haut niveau, profitent de cages en bois précieux et de menus à base de graines spécialement adaptés. En France, la vente de sporophile curio est très réglementée, certains spécimens pouvant atteindre plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Un captivité, profitant de l'attention de son propriétaire, un Oryzoborus Angolensis peut atteindre 30 ans contre 10 ans en milieu naturel. Toute une panoplie d'accessoires est disponible pour l'éleveur, du nid à la balançoire, certains étant réalisés sur mesure.

Selon leur provenance (Piépié du Surinam, Praïa du Brésil, Dollar de Guyana...), les Pikolets ont un chant qui leur est propre. Christian Thuriaf, fondateur du G.A.O. essaie de réintroduire le chant Sapin, typique de la Guyane française.

Jules