La Dream Team

Après visionnage de la finale des championnats du monde de pétanque en doublette 2017 qui ont eu lieu fin Avril en Belgique (voir vidéo ci-dessous), je me sens obligé de rappeler l'existence de ces 3 joueurs de boules, des champions français au palmarès exceptionnel et pourtant dont les exploits sont peu relayés par les médias.

La Dream Team plusieurs fois championne de France est composée de :

Henri Lacroix

Né le 31 mai 1975 à La Seyne-sur-Mer. Nouveau champion du monde 2017 en simple de pétanque ! Vainqueur aux masters de pétanque, il a été 10 fois champion du Monde, 2 fois champion d'Europe, 3 fois champion d'Europe des clubs, 13 fois champion de France pétanque, 4 fois champion de France jeu provençal et 5 fois vainqueur de la coupe de France des clubs. Il joue en pointeur de tête ou milieu. Il excelle également au jeu provençal.

Philippe Suchaud

Né le 10 décembre 1970, droitier et jouant essentiellement au poste de tireur (parfois milieu), il fait partie de la catégorie Élite. Il est considéré comme l'un des meilleurs tireurs du monde de la pétanque. Ses pupilles acier sont les deux viseurs les plus efficaces au Monde. La cible de Philippe Suchaud ? La boule adverse, qu'il aime par-dessus tout changer de couleur. Il détient le record de victoire au Masters avec 8 titres. Et cela fait plusieurs années que l'as du carreau fend le coeur de ses opposants.

Philippe Quintais

Né le 30 décembre 1967 à Chartres (Eure-et-Loir), avec ses partenaires Philippe Suchaud et Henri Lacroix, ils ont constitué la légendaire Dream Team de la Pétanque Mondiale, remportant de multiples titres à tous niveaux dont trois championnats du Monde consécutifs (avec le support du 4e joueur Eric Sirot). Il est adroit en pointage comme au tir. Il s'affirme dès ses débuts comme un meneur d'équipe. Aujourd'hui il a une préférence pour le poste de milieu, mais on le voit aussi très souvent briller en pointeur de tête.

Gagner, ils aiment ça !

Ces trois joueurs forment ce que tout amoureux de la pétanque appelle la ''dream team''. Cependant, se situer au-dessus du lot n'empêche pas la pression de tenailler le bras, de paralyser l'esprit.

Philippe Suchaud :

Il y a une lassitude, une certaine fatigue. On fait ça tout le temps. Et lorsque je m'entraîne, tout va bien. ça se complique lors des parties importantes. Je suis sûr que le don entre en jeu. Parfois je reste quinze jours sans tirer une boule et ça revient aussitôt !

Philippe Quintais :

La présence de Philippe et Henri changent tout. Ils me rassurent, me motivent. Nous serons présents, on va jouer à fond. On ne parlera pas, mais on voudra gagner. On aime ça !

Voilà le point commun entre les trois compères, prêts à en découdre à n'importe quel jeu. Les belotes d'avant match et peut-être la seule raison, pour se chamailler. Car, contrairement à ce qu'on peut penser, pas mal de choses séparent ces trois Dieux de la pétanque.

Henri est très famille. Mais il joue beaucoup. Et il est loin de nous. Philippe Quintais, lui, c'est un voyageur, son plat préféré la côte de boeuf :). Invité à droite, à gauche, il est toujours en déplacement. Philippe Suchaud aime rester auprès de son épouse et s'occuper de ses deux enfants.

Philippe Suchaud est employé dans un abattoir de l'Allier (03) ne vous étonnera pas. À la chaîne, comme il abat les boules adverses même si le tireur ne s'entraîne guère. Son patron (Groupe Bigard) le laisse jouer et il fait la fierté de ses collègues.

En une phrase, Henri lacroix a pointé, Philippe Suchaud vient de tirer et mes espoirs d'amateur de pétanque revivent !

Laurent