L'Éxode Rurbain

Les populations de la campagne migrent vers les grandes villes urbaines, séduisantes car plus riches, plus confortables et plus dynamiques.

Le monde entier s'urbanise à grand pas tandis que la poupulation rurale baisse, et ce mouvement ne fait que commencer en Afrique.

L'exode rural est terminé en France depuis 1975 selon l'Insee. Cependant, un contre mouvement s'observe depuis les années 90 : la population rurale recroît, du fait, des citadins qui choisissent de venir vivre à la campagne. Cette néo ruralité a bien des causes, telles que le désamour du style de vie urbain nerveux, nerveux, égoïste et pollué ; l'attrait du calme et de la simplicité de la campagne, permettant de profiter de la nature ; des logements moins chers et plus spacieux pour les familles. La ville n'aurait-elle pas tenu toutes ses promesses ? La campagne en proposerait-elle d'autres ?

Pourtant, un citadin qui (re)vient à la campagne n'aura pas la même vie qu'un campagnard pure souche : le citadin garde souvent ses habitudes de confort ou de modernité urbaine. D'ailleurs, concernant son métier, soit il le fera à domicile (en indépendant ou via le télétravail), soit il devra retourner en ville pour travailler. La campagne en est donc modifiée, les routes ne désemplissent pas, les allers retours polluent, les maisons se modernisent, les moeurs sont plus tournées vers le progrès que vers les traditions.

Bien loin d'annoncer le déclin des villes, la " rurbanisation " est peut être une nouvelle façon de clouer le cercueil de la ruralité. Pour un amateur de calme et de la déconnexion, combien de familles rurales contaminées par la technologie intempestive et la société de consommation ?

Le capitaliste a capturé bien des générations de campagnards. Mais comme cela ne suffit jamais, voilà qu'il renvoie des vers dans ses pommes. Les agriculteurs meurent déjà à petit feu en étant forcés de vendre leur production à perte, les villages s'urbanisent, les zones périurbaines s'étalent en grignotant la nature, les riches citadins rachètent les vieilles maisons ou en font construire de nouvelles, les paysages sont transformés, les ondes de télécommunication et la pollution envahissent l'air, les impôts augmentent pour financer de nouvelles écoles ou infrastructures.

À terme, que restera-t-il aux campagnards ? Où pourront-ils s'échapper ?

Zoé