Jane Goodall

Le documentaire fascinant qui retrace sa vie

Pour réaliser ce film, le documentariste américain Brett Morgen s’est appuyé sur près de 140 heures d’images inédites. Des rushs que l’on doit à Hugo Van Larwick, l’ex-mari de Jane Goodall qui a passé de nombreuses années avec elle sur le terrain. Au final, il livre un document unique, et dresse un portrait intime de la primatologue qui a passé près de soixante années auprès des chimpanzés. Le film, nominé aux BAFTA dans la catégorie meilleur documentaire sera diffusé dimanche 11 mars sur les chaînes National Geographic et Nat Geo Wild.

Une femme engagée

Elle fêtera ses 84 ans au mois d’avril, et pourtant, Jane Goodall continue son combat. Aujourd’hui encore, elle sillonne la planète 300 jours par an pour sensibiliser l’opinion publique et les grands de ce monde à la nécessité de préserver l’environnement en défendant la biodiversité. Il faut dire qu’elle a vécu aux premières loges pour constater les changements. Perdue dans la jungle tanzaniennes, dans la réserve de Gombe où elle crée un centre de recherche en 1965, elle observe les chimpanzés. Une étude qui va révolutionner l’image que nous avons de ces animaux hors du commun et avec qui nous partageons 98% de notre ADN.

Tout commence en 1957 lorsque la jeune britannique se rend au Kenya et rencontre le célèbre paléoanthropologue kenyan Louis Leakey dont elle devient l’assistante. Elle n’a alors que 23 ans et un simple diplôme de secrétariat en poche. Trois ans plus tard, accompagnée de sa mère, elle décide de poser ses valises plus au sud, dans le parc national de Gombe pour y étudier les primates. C’est le début d’une étude d’ampleur inédite, la plus longue jamais menée sur le terrain.

Nos cousins les chimpanzés

Après seulement deux mois, elle découvre chez ses nouveaux compagnons des comportements insoupçonnés. Les chimpanzés ne sont pas simplement herbivores comme on le pensait jusqu’alors, mais également carnivores. Plus tard, elle assiste à une scène étonnante. À travers la végétation, elle observe l’animal vaquer à ses occupations. Le singe, assis devant une termitière, prend dans sa main un morceau de paille et s’en sert pour attraper les insectes. C’est la stupéfaction, les chimpanzés sont donc capable d’utiliser des outils comme le ferait l’homme. C’est la toute première fois que l’on constate une action de ce genre de la part d’un animal.

La scientifique expliquait dans l’émission la Tête au Carré sur France Inter : “Ils ne fabriquent pas des outils de la même façon que nous pouvons élaborer des instruments compliqués, mais par exemple, ils vont former une branche, prendre une tige et la plier… Ce sont des outils simples pas comparable avec la technologie développée par les humains.”

Tout de même, cette découverte, qui sera plus tard filmée par son photographe et réalisateur de mari Hugo Van Larwick, va révolutionner l’image que nous avions des primates et ainsi chambouler la vision communément admise de domination de l’homme sur toutes les autres espèces.

On ne vous en dit pas plus… Pour tout savoir sur la vie exceptionnelle de la scientifique, rendez-vous le 11 mars à 20h45 sur la chaîne National Geographic et Nat Geo Wild.

Jean-Pierre