Incendies en Australie

Cinq chiffres pour comprendre l'ampleur de la catastrophe

Les pompiers australiens ont annoncé ce lundi matin être parvenus à maîtriser l'un des principaux "méga-feux" qui embrasait une partie du pays depuis plus de trois mois au Nord-ouest de Sydney. Et la météo tend à s'améliorer puisque des pluies y sont attendues.

Un air de soulagement souffle sur la Nouvelle-Galles du Sud, région la plus touchée par les flammes ces dernières semaines. Mais malgré ce répit, 111 feux restent toujours en activité dont 40 d'entre eux submergent les pompiers. Depuis septembre, le bilan est déjà lourd et les chiffres donnent le tournis.

10,3 millions d'hectares ravagés par les flammes

On estime la superficie partie en fumée à 10,3 millions d'hectares, selon les dernières données communiquées par le Rural Fire service, instance gouvernementale. Autrement dit, c'est comme si l'Islande avait disparu sous les flammes. À titre de comparaison, l'Amazonie a perdu l'équivalent de 2,5 millions d'hectares durant les incendies de l'été dernier.

28 personnes décédées

Le bilan s'est alourdi ce week-end après le décès d'un pompier en service au Sud du pays. 28 personnes ont déjà perdu la vie dans les incendies depuis le mois de septembre. En outre, plusieurs personnes sont toujours portées disparues.

100 000 personnes évacuées

Alors que l'état d'urgence a été décrété dans le Sud de l'Australie - le coin le plus peuplé de l'île-continent -, les autorités ont ordonné le déplacement de plus de 100 000 personnes dans trois Etats du pays au début du mois. Elles ont été sommées d'évacuer les lieux, laissant derrière elles leurs habitations et des villes-fantômes.

370 millions de tonnes de CO2 dégagées

Chaque année, entre les voitures, les usines, les chauffages, la France émet en moyenne 330 millions de tonnes de CO2 : en Australie, les incendies ont déjà émis plus de 370 millions de tonnes. Selon les chercheurs, ce chiffre pourrait doubler l'addition annuelle du pays en CO2. Les gigantesques nuages de fumée qui se dégagent des flammes abîment non seulement la couche d'ozone, mais provoquent également une pollution de l'air sans précédent dans le pays. Le 1er janvier 2020, Canberra affichait des taux de pollutions les plus élevés du monde, devant New Delhi, atteignant des niveaux extrêmement préoccupants.

Plus d'un milliard d'animaux décimé

Selon un bilan provisoire d'une étude conjointe du WWF et d'un chercheur de l'université de Sidney, 1,25 milliards d'animaux seraient morts sous les flammes. Ces estimations décomptent uniquement les mammifères, excluant les chauves-souris, oiseaux et reptiles. S'il est difficile d'estimer les pertes précises par espèce, l'étude estime toutefois la disparition des populations de koalas à 30 %, parmi les plus vulnérables des espèces touchées (ces petits animaux très lents, endémiques d'Australie, étaient déjà jusqu'alors menacés d'extinction : sur les 28 000 restants de l'espèce, 10 000 auraient péri dans les flammes).

Jean-Pierre