I Have a Dream

En 1963, l'esclavagisme est déjà interdit depuis un siècle aux Etats-Unis et pourtant il était encore inconcevable qu’un petit blanc partage la même école qu’un petit noir. Blancs et noirs n'avaient toujours pas accès aux mêmes droits.

Et puis le 28 août au terme d'une marche appelée « emplois et liberté »,

Martin Luther King lance son célèbre «  I Have a Dream...  » et bouleverse une grande partie de l'Amérique.

Son discours :

Nous sommes venus en ce lieu sacré pour rappeler à l'Amérique l'urgence absolue du présent.

Il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour le chemin ensoleillé de la justice raciale.

Il est temps d'extirper notre nation des sables mouvants de l'injustice raciale pour le placer sur le rocher de la fraternité.

Il est temps de faire de la justice une réalité pour tous les enfants de Dieu.

L'Amérique ne connaitra ni repos ni tranquillité tant que les Noirs ne jouiront pas pleinement de leurs droits civiques. Nous devons toujours mener notre combat à un niveau élevé de dignité et de discipline.

Nous ne pouvons pas laisser notre prestation créative dégénérer en violence physique.

Encore et encore, nous devons atteindre ce niveau exalté où nous opposons à la force physique la force de l'âme. Le merveilleux nouveau militantisme qui s'est engouffré dans la communauté noire ne doit pas nous amener à nous méfier de tous les Blancs.

En effet nombre de frères blancs, comme le prouve leur présence ici se sont rendu compte que leur destin dépend étroitement du nôtre. Quand bien même nous devons affronter les difficultés d'aujourd'hui et de demain, je fais pourtant un rêve.

C'est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain.

Je fais le rêve qu'un jour, cette nation se lèvera et vivra le véritable sens de son crédo :

" Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes ont été créé égaux. "

Près de 54 ans plus tard, ce discours devrait continuer plus que jamais à nous inspirer.

Zoé