Embarquement dans un email

Internet permet d'accomplir tant de tâches : envoyer des messages, stocker des fichiers, communiquer par vidéo, visiter des sites webs... Toutes ces fonctionnalités, baptisées "services" sont souvent confondues avec le réseau lui-même, mais sont pourtant différentes.

Pour y voir plus clair, vous décidez de suivre le parcours d'un email

Direction le réseau de vos voisins. Bob écrit justement un email à Laurent, un de vos amis communs installés à Soulac. Océane, elle surfe sur le Web.

Maintenant que vous êtes de l'autre côté des écrans, plusieurs choses deviennent limpides. D'abord, les machines de vos amis utilisent des "logiciels clients", ainsi nommés parce qu'ils permettent de bénéficier d'un "service".

À l'autre bout de la chaîne, les machines qui rendent ces services : les "serveurs" !

Ainsi, pour que Bob puisse envoyer son mail, son ordi devra communiquer avec un serveur de messagerie grâce à un logiciel de messagerie (Outlook, Thunderbird, etc.).

Et la tablette d'Océane se connectera à des serveurs web en utilisant le "logiciel client" adapté à ce service : le navigateur (Chrome, Explorer...).

Vous réalisez aussi que pour échanger des données, clients et serveurs utilisent des règles et des langages spécifiques.

Ces "protocoles de communication" permettent à toutes les machines de dialoguer entre elles.

Mais quelle cacophonie !

D'abord le protocole dépend du service : pour le Web, les machines se causent en HTTP ; pour la messagerie électronique (email), en SMTP. Sans compter les protocoles pour transporter les données, identifier chaque machine du réseau, etc.

En temps normal, vous ne voyez rien de tout çà. Mais cette fois, en suivant le mail de Bob, vous allez vraiment être au coeur de l'action.

1 La préparation et l'envoi du mail

Bob a tapé son email et clique sur envoyer. Son logiciel de messagerie va alors dialoguer avec son serveur de messagerie qui se trouve chez le FAI (Orange, Free..). Que se disent ils ? Grosso modo, "Salut, c'est moi" "Oui, je te reconnais"... 

Bref, le logiciel client de Bob se présente et donne l'adresse du destinataire du mail.

Quand tout est bon, il envoie le contenu du message, en respectant les codes du protocole SMTP. Les échanges sont polis : le serveur répond "Bonjour client, ravi de te rencontrer"... en anglais :). Comme toutes les données, les protocoles et le message doivent être transformés pour voyager sur le réseau.

  • D'abord les données sont converties en une longue série de 0 et de 1. C'est le langage binaire. La lettre "L" devient "1001100".
  • La séquence est découpée. L'intêret ? Comme beaucoup de données circulent sur Internet, il y a parfois des bouchons ou des erreurs de transmission. Un petit paquet se faufilera mieux qu'un gros.
  • Le tout est envoyé dans un format qui permet le transport des données. Un "en-tête" est ajouté : c'est une sorte d'étiquette ou de plaque d'immatriculation indiquant, entre autres, la destination.

2 De la box...

La box de vos amis est le point de connexion entre leur réseau local dont font partie leurs ordinateurs ou leurs tablettes et leur FAI. Elle transmet donc à celui-ci les petits paquets qui lui parviennent, un par un. Que ce soit ceux de l'email envoyé par Bob, ou des requêtes d'Océane.

3 ...au FAI

Quand les petits paquets "email" parviennent au serveur de messagerie du FAI, il en fait d'abord une copie de sauvegarde qu'il conserve provisoirement avant de les envoyer sur le grand réseau. Les données web, elles, ne font que passer.

Prêt à plonger dans le grand bain ?

IP : à chaque machine, son adresse sur le réseau

De même que votre adresse postale est unique, toutes les machines connectées à Internet ont une identité unique : leur adresse IP (Internet Protocol). Chez vous, seule votre box est identifiée par une adresse IP publique. Mais elle attribue à chacun de vos appareils une adresse IP locale et assure le relais avec le reste du réseau. À quoi ressemble une adresse IP ? Généralement, c'est une suite de quatre nombres de 0 à 255 séparés par des points, comme "192.168.2.12". Tout échange de données s'effectue entre deux machines connaissant leurs adresses IP. Pour que les utilisateurs ne se perdent pas au milieu de tous ces nombres, un subterfuge consiste à se baser sur des "noms de domaine" rédigés en toutes lettres. Avouez qu'on retient mieux le site de Laurent sous la forme www.vigiehome.com que sous celle d'une suite de nombres ! Afin de savoir quelle adresse IP correspond à quel nom de domaine, les machines consultent un serveur DNS (Domain Name System), sorte de gros annuaire qui tient à jour les listes de noms de domaine et d'adresses IP.

 

Mathilde