Cancún

Son sable est blanc hydrophobe et colle à la peau. Il est composé essentiellement de carbonate de calcium et extrêment poreux.

Cancún est en péril

Cancún est une ville mexicaine au pied de la mer chaude et ensoleillée des caraïbes. La péninsule loge les touristes dans 27000 chambres des 148 hôtels. Le tourisme, c'est 12,7 milliards de dollars par an. Le Lagon est la mer sont séparés sur 17 km de long et 500 m de plage. Le lagon est le territoire des crocodiles alors les hôtels se sont concentrés côté mer. Ce sont des immenses structures alors ils laissent tout juste la place pour la plage d'un côté et la circulation de l'autre.

Le sable est en perdition

Les hôtels sont très lourds et s'enfoncent dans le sable instable de la peninsule. De fait les vagues tapent sur les fondations, rebondissent et emmènent avec elles le précieux sable. Les hôtels sont aussi hauts et larges, leurs murs empêchent le vent de passer et le redirige vers le bas où il accumule du sable et repart vers la mer.

La peninsule à cause des nombreux hôtels est devenu rigide

Elle ne peut plus s'adapter aux contraintes climatiques. Les échanges entre le lagon et la mer sont devenus difficiles et l'eau du lagon rentre en stagnation. L'eau commence a dégager des mauvaises odeurs et à devenir un habitat propice a des espèces destructrices. Coté mer, les tempêtes produisent d'énorment vagues qui font subir des inondations entraînant toujours des pertes de sable. Si les hôtels n'étaient pas là, l'eau circulerait naturellement entre le lagon et la mer.

Pour compenser les pertes de sable

Les autorités pompent sur le fond de la mer pour ramener du sable sur la plage et chaque grain retrouve son chemin vers les fonds marins. Au large de Cancún se trouve une barrière de corail sur laquel le sable ainsi remué se dépose bloquant alors l'arrivée de la lumière sur les coraux et les tuant à petit feu. Pour rappel le corail abrite 1/4 de la biodiversité marine.

En 2005 l'ouragan Wilma a été un desastre pour Cancún, en une nuit toute les plages ont été vidées de leur sable pour ne laisser que la croute terrestre, 7 millions de m3 de sable emportés.

Une dernière cause participe à la fin des plages

Celle là, c'est nous tous, l'espèce humaine qui en sommes responsable, le réchauffement climatique. À cause de la fonte glacière, le niveau de la mer monte de 2 à 3 mm par an. 1 cm d'eau supplémentaire c'est 1m de plage qui disparait.

Sous ses airs paradisiaques, Cancún est un désastre écologique dont l'homme est responsable.

Jean-Pierre